Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Indie americans

Une exposition Çà & Là / l’employé du Moi / Cultures maison

Interview de Gabby Schulz

Reçue par mail le 11 aout 2018

Biographie

Où êtes vous né et où vivez-vous aujourd’hui ?
Je suis né et j’ai grandi à Honolulu, à Hawaii, aux États-Unis, et je vis actuellement dans l’État du Maine. J’ai déménagé aux quatre coins du continent nord-américain.

Quelles sont les maisons d’édition “small press” et plus officielles avec lesquelles vous avez collaboré ? Ou avez vous fait de l’auto-édition, avec un nom de “structure” ?
La maison d’édition Phase Eight Publishing d’Alec Longstreth vient de sortir une compilation de mes bandes dessinées. Microcosm Press et Secret Acres ont également publié une partie de mon travail. Je passais pas mal de temps à produire des auto-éditions en photocopie ; maintenant instagram semble remplir cette fonction...

Comment avez-vous appris votre métier d’auteur ?
Plutôt en solitaire et avec beaucoup de café !

Vivez-vous de votre art, sinon comment faites-vous pour tenir le coup ?
Je gagne techniquement ma vie avec mon art, mais je bosse vraiment pour pas grand chose et je suis constamment fauché. Mes dépenses sont extrêmement faibles. Vivre dans les bois du Maine a beaucoup aidé.

Auto-édition

Qui / comment a été ton premier contact sur la scène de l’auto-édition ?
J’ai commencé à dessiner des bandes dessinées à Hawaii avant Internet, aux cours de la Factsheet 5 jours (par correspondance). À l’époque, j’écrivais et échangeais des bandes dessinées avec d’autres dessinateurs comme Jon Porcellino, Dave Cooper, Keith Knight, Dylan Williams, Adrian Tomine et James Kochalka. Étrangement, le fondateur de Vice Magazine, Gavin McGuinness, faisait de l’auto-édition à l’époque et nous avons beaucoup collaboré avant le lancement du magazine.

Pourquoi avez-vous décidé de publier vous-même ?
À Hawaii, dans les années 90, il n’y avait vraiment pas d’autres choix. Personne ne se souciait de la bande dessinée, en tout cas, ça semblait être le cas dans le coin. Malheureusement, cette idée m’a poursuivie longtemps. En vivant dans une province isolée, vous avez l’impression que vous ne valez pas grand-chose, car vous ne voyez pas grand-chose qui a trait à la culture au sens large. A partir de là, l’auto-édition a été un moyen facile de coucher sur le papier des idées impopulaires.

Qu’est-ce qui est pour toi la meilleure partie dans l’auto-édition ? Faire l’histoire, faire le livre, rencontrer le public, participer à une communauté ?
Je crois que j’aime entrer en contact avec d’autres artistes et j’aime aussi le sentiment que personne ne me dicte ce que je dois faire. Mais je n’ai pas toujours de quoi avancer les frais d’impression !

Quelle est votre meilleure expérience d’auto-édition ?
Je crois que c’est le moment à la fin des années 1990, où je suis allé à San Francisco et que le regretté Dylan Williams m’a invité à passer un après-midi chez Bill Blackbeard, archiviste de la bande dessinée. C’est la première fois que j’ai eu l’impression que ce que je faisais tout seul dans mon coin, me faisait participer à une communauté plus large.

L’auto-édition vous coûte-t-elle de l’argent, faites-vous du profit ou vous ne faites que payer ?
Je n’auto-édite plus beaucoup.

Êtes-vous un éditeur ou un distributeur pour le travail d’autres personnes ? Si oui, comment en êtes-vous arrivé ?
Non.

Quel est le rôle des conventions BD dans votre pratique d’auto-édition ?
J’y suis allé pendant des années et ça semble utile pour certains auteurs et éditeurs ; mais j’ai toujours été surpris par les dépenses que ça implique. J’ai l’impression que les conventions rapportent beaucoup d’argent aux dépens des artistes et des éditeurs. C’est sympa de retrouver des amis et de voir de nouveaux titres, mais les dépenses dépassent largement les bénéfices.

Gardez-vous des archives de vos fanzines ? Comment les préservez-vous ?
J’ai quelques copies de chaque chose que j’ai faite, mais je suis connu pour paumer tout ce que je fais.

Où imprimez-vous vos fanzines ? Passez-vous par un imprimeur ou dans un magasin de copie ?
Les magasins de photocopies ont perdu pour moi beaucoup de leur attrait une fois que ce fut devenu plus difficile de frauder en faisant des photocopies gratuites.

Lis-tu beaucoup de zines et de mini-bandes dessinées ?
Plus maintenant. Je pense qu’une grande partie de cette scène s’est déplacée en ligne. Pour des travaux plus courts, pourquoi dépenser des centaines de dollars pour imprimer sur des arbres morts lorsque vous pouvez les mettre en ligne gratuitement et augmenter votre lectorat par millions ?

Pensez-vous que votre pratique d’auto-édition est liée à votre localisation ? Comment cela correspond-il (ou non) à l’organisation du marché de la bande dessinée aux États-Unis ?
Oh mec, le magasin de bandes dessinées le plus proche, situé à des centaines de kilomètres d’ici, est actuellement en liquidation. Je n’ai jamais été trop fan de comics américains (Marvel / DC) et je dois admettre que je ne suis pas ému par sa disparition. Je commande des bandes dessinées et des zines en ligne de temps en temps sur Quimby ’s Bookstore !

Édition

Qui était ton premier éditeur ? Connaissaient-ils votre travail grâce à l’auto-édition ?
Microcosm Press a publié un recueil de mes bandes dessinées en 2006. Je pense que ce livre fut leur première expérience en bande dessinée, ou l’une des premières. Je n’avais qu’un contrat oral avec eux. Je pense qu’ils connaissaient mon travail parce qu’ils vendaient mes comics et qu’ils pirataient certains dessins que j’avais fait, pour en faire des autocollants.

Avez-vous continué à publier vous-même depuis ? Pourquoi ?
Je mets surtout des choses en ligne car je n’aime pas gaspiller du papier et c’est beaucoup moins cher et plus démocratique.

Continuerez-vous à publier vous-même dans les prochaines années ?
Seulement en ligne

Comment avez-vous géré la transition de vos mini-bandes dessinées vers des livres, en termes de format et de remontage ? Comment voyez-vous la relation entre les deux objets ?
Pour moi, la transition de la mise en page papier au numérique a toujours été difficile, car les petits imprimeurs ne vous laissent pas voir une épreuve papier du livre fini avant leur impression ; il faut juste espérer que cela sera le même chose sur papier que sur votre écran. (Et ça n’est jamais le cas !)

L’exposition

Pouvez-vous nous parler du travail que l’on peut voir dans l’exposition ?

Beaucoup de choses sont plus récentes ! Mon mode de vie transitoire a laissé une grande partie de mes originaux dans plusieurs autres états.

Biography

Where were you born, and where do you currently live ? Did you move to other significant places in between ?

I was born and raised in Honolulu, Hawai’i, USA, and I presently live in the state of Maine. I’ve moved all over the North American continent.

What are the "small press" and more official publishing houses with which you have collaborated (if you have a web page containing this information, just give us the link) / Or did you self-publish under your own name or using a label ?

Alec Longstreth’s Phase 8 Publishing just put out a collection of my diary comics. Microcosm Press and Secret Acres have also published some of my work. I used to spend a lot more time with xerox machines self-publishing ; now instagram seems to work fine for those purposes...

How did you learn to be a cartoonist ?

A lot of time alone and a lot of coffee !

Do you make a living from your art, if not how do you manage to earn a living ?

I guess I do technically make a living off my art, but I’m REALLY cheap and constantly broke. My living expenses are extremely small. Living out in the woods in Maine has helped that a lot.

Self-publishing

Who / how was your first contact in the self-publishing scene ?

I started drawing comics in Hawaii before the internet, during the Factsheet 5 days of mail order and correspondence ; back then i would write and trade comics with other cartoonists like John Porcellino, Dave Cooper, Keith Knight, Dylan Williams, Adrian Tomine and James Kochalka. Strangely, Vice Magazine founder Gavin McGuinness was a self-publishing cartoonist back then & we wrote a lot before the magazine took off.

Why did you decide to self-publish ?

In Hawaii in the 1990s there really wasn’t any other choice. No one cared about comics, or at least that’s how it seemed where I was from. Sadly I think that idea stuck with me for a long time since, being from an isolated provincial place makes you feel like you don’t matter, since you don’t see much in the wider culture from your perspective. Later self-publishing was just an easy way to print unpopular ideas.

What is for you the best part in self-publishing ? Making the story, making the book, meeting with the audience, participating in a community ?
I guess I like connecting with other artists, and the feeling that someone else doesn’t have any input on what i’m making. But I can’t afford the printing costs upfront !

What is your best self-publishing experience ?

I guess the time in the late 1990s that I visited San Francisco and the late Dylan Williams invited me to spend an afternoon at the house of comics archivist Bill Blackbeard. That’s the first time I felt like what I was doing in private had made me part of a wider comics community.

Does self-publishing cost you money, do you make a profit, or do you simply break even ?
I don’t do it much anymore.

Are you a publisher or a distributor for other people’s work ? If so, how did you come to it ?
No.

What role do comics conventions play in your self-publishing practice ?
I went to them for a few years and they seem useful for some people ; I’ve always been surprised at the expenses involved though. It seems like the conventions make a lot of money at the expense of the artists and publishers. It’s nice to catch up with friends and see new titles, but in my opinion the expenses far outweigh the costs.

Do you keep an archive of your fanzines ? How do you preserve them ?
I have a couple copies of each thing I’ve done, but I’m notorious for losing my art.

Where do you print your fanzines ? Do you go through a printer or at a copy shop ?
Copy shops lost their appeal to me once it got harder to scam free copies.

Do you read a lot of zines and mini-comics ?
Not anymore ; I think a lot of that scene has moved online. For shorter work, why spend hundreds of dollars printing on dead trees when you can put it online for free and increase your readership by millions ?

Do you think that your self-publishing practice is related to your location ? How does it fit (or not) in the organization of the comics market in the USA ?
Oh man. The closest comic shop in hundreds of miles here is presently having a going-out-of-business sale. I was never too into the mainstream (Marvel/DC) american comics scene and I have to admit I’m pretty unmoved by its demise. I do order comics and zines online from Quimby’s Bookstore now and then !

Edition

Who was your first publisher ? Did they know your work through self-publishing ?
Microcosm Press published a collection of my comics in 2006. I think I was their first, or one of their first, comic books. Only an oral contract. I think they knew my work from selling my minicomics, and from bootlegging some designs I made to sell as patches.

Have you continued to self-publish since ? Why ?

I mostly put stuff online because I don’t like wasting paper and it’s so much cheaper & more popular.

Will you continue to self-publish in the next few years ?
Only online.

How have you handled the transition of your works from mini-comics to books, in terms of format and reassembling ? How do you see the relationship between both objects ?

It seems like the same basic design ; for me the transition from paper layout to digital has been hard, since small presses don’t let you see a paper proof of the finished book before they print ; you have to just hope it’ll look the same in paper as it did on your screen. (It never does !)

The exhibition

Can you tell us something about the work that can be seen in the exhibition ?

A lot of it is more recent ! My transient lifestyle has left a lot of my original art in multiple other states.