Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Indie americans

Une exposition Çà & Là / l’employé du Moi / Cultures maison

Interview de Joshua Cotter

Reçue le 12 juillet 2018

Biographie

Où êtes vous né et où vivez-vous aujourd’hui ?
Je suis né à Maryville, dans le Missouri. J’ai vécu à Kansas City et à Chicago pendant quelques années. En 2010, je suis retourné à la ferme familiale avec mon épouse, la céramiste Momoko Usami, pour construire une maison et un atelier.

Quelles sont les maisons d’édition “small press” et plus officielles avec lesquelles vous avez collaboré ? Ou avez vous fait de l’auto-édition, avec un nom de structure ?
Mes cinq premières bandes dessinées et les mini-bandes dessinées suivantes ont toutes été auto-publiées. J’ai ensuite travaillé avec AdHouse Books et Fantagraphics.

Comment avez-vous appris votre métier d’auteur ?
Je suis autodidacte.

Vivez-vous de votre art, sinon comment faites-vous pour tenir le coup ?
Je ne gagne pas ma vie grâce aux livres. La plupart de mes revenus proviennent de la vente de pages originales et de travaux à la pige. Récemment, les droits de "Nod Away" ("Déplacement" en vf) ont été achetés pour la télévision et je vis de cet argent de cet argent depuis un an.

Auto-édition

Par qui/comment s’est fait votre premier contact avec la scène de l’auto-édition ?
Un ami dans une boîte où je travaillais en tant que graphiste, m’a fait découvrir le concept d’auto-édition. Après avoir fait quelques mini-comics, j’ai commencé à participer à des salons de bd indé et j’ai commencé à distribuer mon travail à travers la structure USS Catastrophe de Kevin Huizenga et Dan Zettwoch.

Pourquoi avez vous décidé de vous auto-éditer ?
C’était le moyen le plus immédiat de faire publier mon travail, et le niveau de contrôle créatif, total et personnel, me plaisait. Je pense que j’ai publié mon premier mini-comic (intitulé "FUN") en 2001.

Quelle est la meilleure partie dans l’auto-édition ? Fabriquer le récit, fabriquer le livre, la rencontre avec le public, la participation à une communauté ?
Pour moi, le dessin est la meilleure partie du processus de conception/réalisation d’une bande dessinée, qu’elle soit publiée par une maison d’édition ou auto-publiée. Je me suis aussi fait beaucoup de proches amis grâce à la bande dessinée.

Quelle est votre meilleure expérience d’auto-édition ?
Mon minicomic "Skyscrapers of the Midwest" a remporté le prix Isotope pour un minicomic à San Francisco en 2004. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui sont maintenant importantes dans ma vie grâce à la visibilité que ce prix m’a procuré.

Est-ce que l’auto-édition vous coûte de l’argent, vous rapporte, ou a un bénéfice nul ?
J’ai toujours perdu de l’argent en auto-édition. Les récompenses de l’auto-édition n’ont jamais été financières. Ce qui compte, c’est le plaisir de créer l’œuvre, de la diffuser dans le monde et de voir ce qu’il se passe.

Êtes-vous un éditeur ou un distributeur pour le travail d’autres personnes ? Si oui, comment est-ce arrivé ?
Non.

Quel rôle joue les salons et les conventions de micro-édition dans votre pratique de l’auto-édition ?
Il est important de participer à la communauté et de faire connaître votre existence et celle de votre travail aux autres, car la "small press" et les bandes dessinées auto-éditées reposent largement sur le bouche à oreille. "Aucun homme n’est une île", etc. Les conventions sont aussi la seule opportunité que j’ai de socialisation, la création de bande dessinée étant une entreprise essentiellement solitaire.

Gardez vous une archive de vos fanzines ? Comment les conservez-vous ?
Je les garde dans une boîte de rangement en plastique.

Où imprimez-vous vos fanzines ? Est-ce que vous passez par un imprimeur ou chez un copy-shop ?
Soit une machine xerox (en mode guérilla dans la salle de copie tard dans la nuit, quand je travaillais comme graphiste), soit sur mon imprimante à jet d’encre.

Est-ce que vous lisez beaucoup de zines et de mini-comics ?
Pas autant que j’aimerais. Je n’assiste pas à autant de conventions qu’avant.

Est-ce que vous pensez que votre pratique de l’auto-édition est lié à votre situation géographique ? à l’organisation du marché de la bande dessinée aux USA ?
Je pense que l’auto-édition a beaucoup changé depuis que j’en fais partie, donc mon opinion est probablement un peu "datée". Il me semble que de nos jours, les gens peuvent au moins gagner leur vie en publiant eux-mêmes, à l’aide de Kickstarter, Patreon, etc.

Edition

Quel a été votre premier éditeur ? Connaissaient-ils votre travail grâce à l’auto-édition ?
Chris Pitzer chez AdHouse Books. Il avait entendu parler de mon travail grâce à la publicité autour de l’Isotope Award et on s’est rencontrés en faisant la file pour un autographe d’Adrian Tomine lors d’une convention à New York.

Avez-vous continué à autopublier depuis ? Pourquoi ?
Parfois. Généralement pour des projets personnels de nature plus expérimentale.

Allez-vous continuer à auto-éditer dans les prochaines années ?
C’est possible.

Pour vos livres qui sont passés de l’auto-édition à l’édition, quelles questions de remontage ou de format se sont posés ? Comment voyez-vous la relation entre les deux ?
C’est bien d’avoir quelqu’un qui s’occupe de la production. J’aime l’esthétique spécifique des livres auto-édités aussi bien que celle des livres publiés par des maisons d’édition. Chris Pitzer est un bien meilleur designer que moi. Son travail de design et de production est criminellement sous-estimé.

L’exposition

Vous pouvez nous parler des travaux que l’on peut voir dans l’exposition ?
Les pages sont des originaux de "Gratte-ciel du Midwest" et du volume 1 de "Déplacement". J’ai aussi inclus des objets liés au processus de création ; notes, croquis et matériaux utilisés.

Biography

Where were you born, and where do you currently live ? Did you move to other significant places in between ?
I was born in Maryville, MO. I lived in Kansas City and Chicago for a few years. I’m 2010 I moved back to the family farm with my wife, ceramicist Momoko Usami, to build a house and studio.

What are the "small press" and more official publishing houses with which you have collaborated / Or did you self-publish under your own name or using a label ?
I’ve worked with AdHouse Books and Fantagraphics. My first five comics and subsequent mini comics have all been self-published.

How did you learn to be a cartoonist ?
I’m self taught.

Do you make a living from your art, if not, how do you manage to earn a living ?
I don’t make a living from the books themselves, most of my income comes from selling original pages and freelance work. Recently I optioned Nod away for television and I’ve been living off of that for the past year.

Self-publishing

Who / how was your first contact in the self-publishing scene ?
A friend at a job where I worked as a low level graphic designer introduced me to the idea of self-publishing. After making a couple of minicomics I started going to small press conventions and began distributing my work through Kevin Huizenga and Dan Zettwoch’s USS Catastrophe.

Why did you decide to self-publish ?
It was the most immediate way of getting my work in print, and the level of pure, personal, creative control appealed to me. I think I published my first mini-comic (entitled FUN) in 2001.

What is for you the best part in self-publishing ? Making the story, making the book, meeting with the audience, participating in a community ?
Drawing is the best part of comics for me, published or self-published. I’ve also made a lot of close friends through comics.

What is your best self-publishing experience ?
My minicomic ‘Skyscrapers of the Midwest’ won the Isotope Award for Minicomics in San Francisco in 2004. I met a lot of people that are now important in my life because of the exposure that award gave me.

Does self-publishing make you lose money, do you make a profit, or do you simply break even ?
I’ve only ever lost money self-publishing. The rewards of self-publishing have never been monetary. It’s the pleasure of creating the work, putting it out into the world and seeing what happens.

Are you a publisher or a distributor for other people’s work ? If so, how did you come to it ?
No.

What role do comics conventions play in your self-publishing practice ?
It’s important to participate in the community and let others know of you and your work’s existence, since small press and self-published comics rely heavily on word of mouth. No man is an island, etc. Conventions are also typically the only opportunity I have for socialization, cartooning being a primarily solitary venture.

Do you keep an archive of your fanzines ? How do you preserve them ?
I keep them in a plastic storage box.

Where do you print your fanzines ? Do you go through a printer or at a copy shop ?
Either a xerox machine (guerrilla style in the copy room late at night, when I used to work as a graphic designer), or on my inkjet.

Do you read a lot of zines and mini-comics ?
Not as much as Id like. I don’t attend as many conventions as I used to.

Do you think that your self-publishing practice is related to your location ? How does it fit (or not) in the organization of the comics market in the USA ?
I feel self-publishing has changed a lot since I was involved, so my opinion is likely obsolete. It seems to me that people today can at least make a living self-publishing, with Kickstarter, Patreon, etc.

Edition

Who was your first publisher ? Did they know your work through self-publishing ?
Chris Pitzer at AdHouse Books. He’d heard of my work through the Isotope Award announcement, and I just happened to meet him waiting in a line to get Adrian Tomine’s autograph at a show in New York City.

Have you continued to self-publish since ? Why ?
Occasionally. Usually for personal projects more experimental in nature.

Will you continue to self-publish in the next few years ?
Possibly.

How have you handled the transition of your works from mini-comics to books, in terms of format and reassembling ? How do you see the relationship between both objects ?
It’s nice to have someone take care of the production end of things. I like the individual aesthetics of both self and professionally published books. Chris Pitzer is a far better designer than I am. I believe his design and production work is criminally underrated.

The exhibition

Can you tell us something about the work that can be seen in the exhibition ?
The pages are originals from Skyscrapers of the Midwest and Nod Away, Volume 1. I’ve also included some process stuff ; notes, sketches and used materials.