Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Indie americans

Une exposition Çà & Là / l’employé du Moi / Cultures maison

Interview de Noah Van Sciver

Reçue le 14 juillet 2018

Biographie

Où êtes vous né et où vivez-vous aujourd’hui ?
Je suis né dans le New Jersey puis j’ai déménagé en Arizona, dans le Colorado, le Vermont et l’Ohio et je suis sur le point de déménager en Caroline du Sud.
J’ai vécu partout dans le pays au cours de ma vie.

Quelles sont les maisons d’édition “small press” et plus officielles avec lesquelles vous avez collaboré ? Ou avez vous fait de l’auto-édition, avec un nom de structure ?
J’ai déjà travaillé avec la plupart des petits éditeurs comme Oily Comics, Retrofit, 2D Cloud et Kilgore Books.

Comment avez-vous appris votre métier d’auteur ?
Je lis beaucoup de bandes dessinées, j’écris et dessine tous les jours. J’apprends encore et je sens que c’est le travail de ma vie.

Vivez-vous de votre art, sinon comment faites-vous pour tenir le coup ?
Oui, je suis un dessinateur professionnel sans autre moyen de gagner ma vie que de dessiner.

Auto-édition

Par qui/comment s’est fait votre premier contact avec la scène de l’auto-édition ?
Le premier dessinateur professionnel que j’ai rencontré était John Porcellino et nous sommes devenus de bons amis. Il m’a appris tout ce que je sais sur le métier de dessinateur de bande dessinée.

Pourquoi avez vous décidé de vous auto-éditer ?
Je devais publier moi-même, sinon mes bandes dessinées ne seraient jamais lues.

Quelle est la meilleure partie dans l’auto-édition ? Fabriquer le récit, fabriquer le livre, la rencontre avec le public, la participation à une communauté ?
Écrire une histoire est toujours ma plus grande motivation dans le fait de faire de la bande dessinée.

Quelle est votre meilleure expérience d’auto-édition ?
Les longues tournées que je faisais avec John Porcellino. Nous avons tant de bons souvenirs lors de nos voyages à travers le pays, nous arrêtant dans chaque librairie de bandes dessinées que nous pouvions trouver pour vendre nos livres et faire des lectures. Ensuite, nous dormions dans la voiture la nuit. J’ai tellement appris pendant ces moments.

Est-ce que l’auto-édition vous coûte de l’argent, vous rapporte, ou a un bénéfice nul ?
Je rentre toujours au moins dans mes frais.

Quel rôle joue les salons et les conventions de micro-édition dans votre pratique de l’auto-édition ?
Ils jouaient un rôle beaucoup important auparavant, mais c’est vrai que je ne m’y suis plus trop rendu ces derniers temps.

Gardez vous une archive de vos fanzines ? Comment les conservez-vous ?
La plupart de mes travaux se trouvent dans les archives de l’Ohio State University. Ils vont tout conserver pour moi.

Où imprimez-vous vos fanzines ? Est-ce que vous passez par un imprimeur ou chez un copy-shop ?
Les deux, en fonction de chaque bande dessinée.

Est-ce que vous lisez beaucoup de zines et de mini-comics ?
Chaque fois que je peux les trouver !

Est-ce que vous pensez que votre pratique de l’auto-édition est lié à votre situation géographique ? à l’organisation du marché de la bande dessinée aux USA ?
Je ne pense pas que cela corresponde bien au marché américain, car la plupart des magasins de bandes dessinées ne proposent pas beaucoup de petites éditions. Vous pouvez les trouver lorsque vous allez à des conventions, mais jamais par hasard. Je ne publierais une bande dessinée moi-même que si c’était un petit projet mineur, car je veux que mon travail touche le plus de monde possible.

Edition

Quel a été votre premier éditeur ? Connaissaient-ils votre travail grâce à l’auto-édition ?
Mon premier éditeur était une librairie appelée Kilgore books à Denver. Ils connaissaient mon travail auto-édité parce qu’ils le vendaient dans leur librairie et ils m’ont demandé si je voulais de l’aide pour la publication. Ils sont alors devenus mon éditeur et ont depuis continué à publier de nombreux autres dessinateurs.

Avez-vous continué à autopublier depuis ? Pourquoi ?
Je continue à publier moi-même des petits recueils de dessins de mes carnets de croquis uniquement pour le plaisir de créer quelque chose moi-même.

Allez-vous continuer à auto-éditer dans les prochaines années ?
Peut être. Je n’ai pas de problème avec cela.

Pour vos livres qui sont passés de l’auto-édition à l’édition, quelles questions de remontage ou de format se sont posés ? Comment voyez-vous la relation entre les deux ?
J’ai été heureux de commencer à travailler sur des livres, ce qui m’a permis de toucher un public plus large que le nombre de personnes que je pouvais me permettre seul. Je n’aurais pas pu continuer à m’auto-publier pendant très longtemps car c’était très cher pour moi. Je considère l’auto-édition comme un moyen d’atteindre un objectif mais j’attends de la collaboration avec un éditeur qu’elle permette de se concentrer sur le travail artistique et plus sur les aspects commerciaux. Maintenant, l’auto-édition est quelque chose que je continue à faire pour le plaisir uniquement.

Biography

Where were you born, and where do you currently live ? Did you move to other significant places in between ?

I was born in New Jersey and then moved to Arizona, Colorado, Vermont, Ohio and am about to move to South Carolina.
I have lived all over my country in my life.

What are the "small press" and more official publishing houses with which you have collaborated (if you have a web page containing this information, just give us the link) / Or did you self-publish under your own name or using a label ?
I’ve worked with most of the small presses in America at this point. Small publishers like Oily Comics, Retrofit, 2D Cloud and Kilgore Books.

How did you learn to be a cartoonist ?
I read a lot of comics and write and draw everyday. I’m still learning though and feel it’s my life’s work.

Do you make a living from your art, if not how do you manage to earn a living ?
Yes, I am a professional cartoonist with no other way of making my living but to draw.

Self-publishing

Who / how was your first contact in the self-publishing scene ?
The first professional cartoonist I met was John Porcellino and we became good friends. He taught me everything I knew about working in comics.

Why did you decide to self-publish ?
I had to self-publish otherwise my comics would never be seen.

What is for you the best part in self-publishing ? Making the story, making the book, meeting with the audience, participating in a community ?
Making the story is still my biggest drive in making comics.

What is your best self-publishing experience ?
The long tours that I would go on with John Porcellino. We have so many good memories of driving all across the country stopping at every comic book shop we could find to sell our books to and do readings at. Then we would sleep in the car at night. I learned so much during those times.

Does self-publishing cost you money, do you make a profit, or do you simply break even ?
I break even at least.

What role do comics conventions play in your self-publishing practice ?
They used to play a much larger role, though I’ve stepped back from exhibiting largely these days.

Do you keep an archive of your fanzines ? How do you preserve them ?
Most of my work is in the archives of Ohio State University. They will preserve it all for me.

Where do you print your fanzines ? Do you go through a printer or at a copy shop ?
Both, depending on the particular comic.

Do you read a lot of zines and mini-comics ?
Whenever I can find them !

Do you think that your self-publishing practice is related to your location ? How does it fit (or not) in the organization of the comics market in the USA ?
I don’t think it fits into the USA market well, because most comic shops don’t carry a lot of small press mini comics. You can find them when you go to exhibitions, but never accidentally. I would only self publish a comic now if it was a smaller, minor project because i want my work to reach as many people as possible.

Edition

Who was your first publisher ? Did they know your work through self-publishing ?
My first publisher was a bookstore called Kilgore books in Denver. They knew my self-published work because they sold it in their bookstore, and asked me if I’d like help with publishing. They became my publisher then and have since continued publishing many other cartoonists.

Have you continued to self-publish since ? Why ?
I still self-publish mini comics of drawings from my sketchbooks only for the thrill of creating something myself.

Will you continue to self-publish in the next few years ?
Maybe. I’m casual about it.

How have you handled the transition of your works from mini-comics to books, in terms of format and reassembling ? How do you see the relationship between both objects ?
I was happy to start working on books, which allowed me to reach a bigger audience than just the number of people I could afford to reach. I couldn’t have continued to solely self-publish for long. It was very expensive for me. I see self-publishing as a means to an end, and the end is hopefully working with a publisher so that you can concentrate on making the art and not the business aspect of it all. Now self-publishing is something I do for the enjoyment with little consequence.