Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Indie americans

Une exposition Çà & Là / l’employé du Moi / Cultures maison

Interview de Ron Rege Jr.

Reçue le 12 juillet 2018

Biographie

Où êtes vous né et où vivez-vous aujourd’hui ?
Je suis né à Quincy, dans le Massachusetts. Je vis maintenant à Los Angeles, mais j’ai également vécu à San Francisco et Rhode Island.

Quelles sont les maisons d’édition “small press” et plus officielles avec lesquelles vous avez collaboré ? Ou avez vous fait de l’auto-édition, avec un nom de structure ?
Tout ce que j’ai auto-édité était sous mon nom. J’ai eu des livres publiés par Highwater Books, Buenaventura Press, Drawn & Quarterly, Fantagraphics et McSweeney.
J’ai contribué à des dizaines de zines, magazines, anthologies, collections, journaux et sites Web au cours des 20 dernières années.

Comment avez-vous appris votre métier d’auteur ?
Bien que j’ai un diplôme en illustration depuis 1993, j’ai tout appris sur la bande dessinée par moi-même.

Vivez-vous de votre art, sinon comment faites-vous pour tenir le coup ?
Je vis de mon art depuis une dizaine d’années.

Auto-édition

Par qui/comment s’est fait votre premier contact avec la scène de l’auto-édition ?
J’ai d’abord "rencontré" la plupart des gens via une correspondance avec eux, comme Marc Bell. Ma première rencontre, "en chair et en os", a probablement été avec Tom Devlin.

Pourquoi avez vous décidé de vous auto-éditer ?
Il n’y avait personne aux États-Unis à ce moment-là qui publierait mon travail. La culture du bricolage (D.I.Y) était florissante, tout le monde produisait ses propres objets. Ce n’était pas un choix, c’était comme ça.

Quelle est la meilleure partie dans l’auto-édition ? Fabriquer le récit, fabriquer le livre, la rencontre avec le public, la participation à une communauté ?
La meilleure partie consiste à créer 100% du travail par moi-même et à l’envoyer par la poste à un petit nombre de personnes, partout dans le monde.

Quelle est votre meilleure expérience d’auto-édition ?
Probablement quand j’ai fait mon premier livre complet de 50 pages, "The Dum Dum Posse Reader", en 1995.
En tant qu’artiste, j’avais très envie de faire mon propre livre, sans aucune aide, et je l’ai finalement fait.

Est-ce que l’auto-édition vous coûte de l’argent, vous rapporte, ou a un bénéfice nul ?
J’ai toujours réussi à gagner de l’argent. Je pense que c’est important et c’est une grande raison pour laquelle je continue à m’auto-publier.

Êtes-vous un éditeur ou un distributeur pour le travail d’autres personnes ? Si oui, comment est-ce arrivé ?
Non.

Quel rôle joue les salons et les conventions de micro-édition dans votre pratique de l’auto-édition ?
Quand j’étais plus jeune, aller dans les festivals était important. J’y allais avec un groupe de dessinateurs qui faisaient également des bandes dessinées inhabituelles. Nous faisions d’étranges constructions pour exposer nos bandes dessinées, etc. J’apprécie toujours d’aller à des festivals et j’aime la variété qu’on peut y retrouver mais je n’y vais plus très souvent. Aujourd’hui, j’y vais quand j’ai un nouveau livre à promouvoir ou si je suis invité.

Gardez vous une archive de vos fanzines ? Comment les conservez-vous ?
J’essaie de garder des copies de tout dans une boîte, mais c’est difficile de tout conserver !

Où imprimez-vous vos fanzines ? Est-ce que vous passez par un imprimeur ou chez un copy-shop ?
J’ai la chance d’avoir un petit magasin de photocopies indépendant près de chez moi.

Est-ce que vous lisez beaucoup de zines et de mini-comics ?
Pas autant qu’avant, mais globalement, oui, beaucoup !

Est-ce que vous pensez que votre pratique de l’auto-édition est lié à votre situation géographique ? à l’organisation du marché de la bande dessinée aux USA ?
Oui. Aux États-Unis, l’idée de la bande dessinée en tant que forme d’art ou de bandes dessinées exigeantes sur le plan artistique, n’a pas commencé avant le milieu des années 2000, lorsque les romans graphiques sont devenus très populaires. L’auto-édition a toujours été la meilleure et souvent la seule option pour les bandes dessinées d’art. Je pense qu’en Europe, l’apparition dans la bande dessinée de formes artistiques telles que la gravure, le design, l’illustration, l’abstraction ou l’expérimentation, a été mieux acceptée qu’aux États-Unis. Si j’avais travaillé en Europe, j’aurais peut-être eu plus d’opportunités en tant qu’auteur. Je pense que mes raisons pour faire de l’auto-édition seraient différentes si je n’étais pas aux États-Unis.

Edition

Quel a été votre premier éditeur ? Connaissaient-ils votre travail grâce à l’auto-édition ?
Highwater Books, oui. Tom Devlin a travaillé dans la librairie de mon quartier et gérait le rayon des zines et bandes dessinées auto-publiées.
Nous faisons tous les deux de l’auto-édition pendant des années avant qu’il ne crée Highwater Books. De vrais livres ! C’était une idée nouvelle et passionnante dans les années 90.

Avez-vous continué à autopublier depuis ? Pourquoi ?
Je vois le mini comic photocopié, envoyé par la poste, comme un format que je continuerai à utiliser tout au long de ma carrière. Je le ferai toujours.
Je continue également à publier moi-même parce que ça a toujours été beaucoup plus rentable que de travailler avec n’importe quel éditeur.

Allez-vous continuer à auto-éditer dans les prochaines années ?
Oui. Je publie actuellement un nouveau magazine chaque mois.

Pour vos livres qui sont passés de l’auto-édition à l’édition, quelles questions de remontage ou de format se sont posés ? Comment voyez-vous la relation entre les deux ?
La plupart de mes romans graphiques ont été conçus comme des objets spécifiques. J’aime faire toutes les tailles de livres. Bien que je publie moi-même des petites bandes dessinées depuis 20 ans, la plupart d’entre elles n’ont pas été publiées en recueil. Une partie de la magie peut être perdue quand un petit zine est rassemblé dans un livre, ce n’est pas tout à fait pareil.

L’exposition

Vous pouvez nous parler des travaux que l’on peut voir dans l’exposition ?
J’ai choisi une sélection de pages parmi mes romans graphiques les plus importants.

Biography

Where were you born, and where do you currently live ? Did you move to other significant places in between ?
I was born in Quincy, MA USA. I now live in Los Angeles, but have also lived in San Francisco & Rhode Island.

What are the "small press" and more official publishing houses with which you have collaborated (if you have a web page containing this information, just give us the link) / Or did you self-publish under your own name or using a label ?
My self-published material has just been under my name. I’ve had books published by Highwater Books, Buenaventura Press, Drawn & Quarterly, Fantagraphics, and McSweeney’s.
I’ve contributed to dozens of zines, magazines, anthologies, collections, newspapers, and websites in the last 20 years.

How did you learn to be a cartoonist ?
Although I have a degree in illustration from 1993, I learned everything about comics & cartooning on my own.

Do you make a living from your art, if not how do you manage to earn a living ?
I make a very meager living from my art, and have for about a decade.

Self-publishing

Who / how was your first contact in the self-publishing scene ?

I "met" most people through the mail at first, like Marc Bell. My first in person contact would probably be Tom Devlin.

Why did you decide to self-publish ?
There wasn’t anyone in the US at the time that would publish my work. DIY culture was thriving, everyone was producing their own things. It wasn’t a choice, it was what one did.

What is for you the best part in self-publishing ? Making the story, making the book, meeting with the audience, participating in a community ?
The best part is creating work 100% on my own, and mailing it to small amount of people, all over the world.

What is your best self-publishing experience ?
Probably when I made my first 50 page, full sized book, The Dum Dum Posse Reader, in 1995.
I wanted very much as an artist, to make my very own book, without any help, and had finally done it.

Does self-publishing cost you money, do you make a profit, or do you simply break even ?
I have always made a profit. I think that’s important, and is a big reason why I continue to self publish.

Are you a publisher or a distributor for other people’s work ? If so, how did you come to it ?
No.

What role do comics conventions play in your self-publishing practice ?
When I was younger, going to shows was important. I would go with a group of cartoonists who were also making unusual DIY comics. We would make strange constructions to display the comics, etc. I really enjoy going to shows now, and appreciate how many different kinds of comics, zine & art book fairs exist, but I don’t go to them very often. Mostly when I have a new book to promote, or if I am invited.

Do you keep an archive of your fanzines ? How do you preserve them ?
I try to keep copies of everything in a box, but it’s hard to preserve everything !

Where do you print your fanzines ? Do you go through a printer or at a copy shop ?
I am lucky to have a small, independent copy shop, close to my home.

Do you read a lot of zines and mini-comics ?
Not as much as I used to, but overall, yes, very many !

Do you think that your self-publishing practice is related to your location ? How does it fit (or not) in the organization of the comics market in the USA ?
Yes. In the US, the idea of the comic book as an art form, or of artistically challenging comics as a viable pursuit, didn’t start to happen until the mid-2000’s, when Graphic Novels became very popular. Self publishing has always been the best & often only option for art comics. I think that in Europe, fine art areas related printmaking, design, illustration, abstraction, experimentation, etc have been more accepted as part of comics, for longer than they have in the US. I may have had more, and different opportunities as a cartoonist if I had been working in Europe. I think my reasons for self-publishing would be different if I was not in the USA.

Edition

Who was your first publisher ? Did they know your work through self-publishing ?

Highwater Books, yes. Tom Devlin worked at my local comic book shop & managed the area where zines & DIY comics were sold.
We were friends in self-publishing for years before he started Highwater Books. Real books ! It was a new and exciting idea in the 90’s.

Have you continued to self-publish since ? Why ?
I see the self-xeroxed mini comic, sent through the mail, as a format that I will continue to use throughout my career. I will always be making them.
I also continue to self publish because it is, and has always has been much more profitable than working with any publisher.

Will you continue to self-publish in the next few years ?
Yes. I currently self publish a new zine every month.

How have you handled the transition of your works from mini-comics to books, in terms of format and reassembling ? How do you see the relationship between both objects ?
Most of my Graphic Novels have been designed as specific objects. I love making all sizes of books. Although I’ve also been self publishing small comics for 20 years, most of them have not been put into collections. Some of the magic can be lost when a little pamphlet is collected into a book, it’s not quite the same.

The exhibition

Can you tell us something about the work that can be seen in the exhibition ?
I chose an even selection of pages from all of my major graphic novels.