19 juin 2003

Sierre 2003.

Par Stéphane Noël

Le stand, fendant, fondue, abricontine, raclette, la fête à Sierre, les amis, tic tac dring se lever, dédicace, maintenance du Vacances-o-matic®, ballade, la route, on en peux plus...

Se rendre à Sierre reste un réel plaisir. La route est agréable, les montagnes pointent leur nez au fur et à mesure de notre avancée. Et puis vient le train qui nous entraîne sous la montagne, on en ressort, on est dans le Valais.
Là commence les vacances. Il y a un micro-climat qui nous fait bénéficier de magnifiques journées ensoleillées, à la chaleur parfois insoutenable. On adopte ainsi un certain rythme de vie entre la journée chaude et le soir beaucoup plus frais.

Cette année, le mode de fonctionnement du festival a pas mal changé, notamment avec l’apparition étrange des Cubix Rooms.
Cinq cubes oû "s’exposent", dans les rues de la ville, La Cinquième Couche, Nathaly Nato, Atrabile, Plonk et Replonk et notre Vacances-o-matic®. Les journées se passent entre le dessin et les rencontres derrière le stand, la maintenance de notre machine et les terrasses. Avec la journée qui s’achève, on retrouve tout le monde en terrasse ou à un vernissage, on mange bien aussi et la soirée et ses festivités commencent... la fête quoi.

Sierre vue de l’appartement qu’on nous a prêté.

Sierre vue de l’appartement qu’on nous a prêté.

Les Cubix Rooms dans la rue du Bourg.

Les Cubix Rooms dans la rue du Bourg.

Ced dessine.

Ced dessine.

Nato au milieu de son univers.

Nato au milieu de son univers.

Sacha, le temps d’une pause.

Sacha, le temps d’une pause.

Le choc des générations.

Le choc des générations.

Fin de journée.

Fin de journée.

Baladi et Monsieur Vandermeulen.

Baladi et Monsieur Vandermeulen.

Fin de journée avec les amis.

Fin de journée avec les amis.

Chritophe Poot. Derrière c’est le Supermarché Ferraille.

Chritophe Poot. Derrière c’est le Supermarché Ferraille.

Morgan des Requins Marteaux et Baladi dans la fabrique à fanzine d’Atrabile.

Morgan des Requins Marteaux et Baladi dans la fabrique à fanzine d’Atrabile.

Bert. Le port de la moustache était obligatoire.

Bert. Le port de la moustache était obligatoire.

Ciaobye.

Ciaobye.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

RSS